M1202 - TP Séance 1

Durée : 2h00




Je vous invite fortement à :




Objectifs




Au menu

  1. Consignes
  2. Prise en main de l'environnement de travail
  3. Sondage
  4. L'arborescence des dossiers et fichiers
  5. La gestion des fichiers en ligne de commandes Windows
  6. Programmer en Java

Lisez attentivement cet énoncé de TP/TD en suivant les instructions. En cas d'interrogation, faites appel à moi, que ce soit pour en savoir plus sur un des points abordés pendant le TP, ou pour savoir comment effectuer une des tâches demandées (numérotées pour pouvoir y faire référence simplement).

Surtout ne restez pas bloqué(e) sur une des questions. Entre parenthèses, à côté des titres de sous-sections, est indiqué le temps que vous avez dû passer à effectuer les étapes précédentes.

Certains liens font apparaître des info-bulles quand vous passez la souris dessus : soyez curieux ! La plupart de ces liens conduisent vers un article Wikipedia. Cliquez dessus si vous avez besoin d'une définition plus détaillée que celle de l'info-bulle, ou bien seulement pour la culture si vous avez le temps.

Vous devez chacun avoir retenu votre mot de passe personnel pour accéder à votre compte sur les machines des salles de TP. Ces comptes sont gérés par le Centre de Ressources Informatiques du 4° étage du bâtiment Copernic, ouvert entre 12h30 et 13h30 pour les étudiants.

Si vous voulez travailler ces TP chez vous, il vous faudra installer de quoi programmer en Java. Sous Windows : Déclaration des variables d'environnement pour Windows 7 ou Windows 8 : Pour installer Java sous Mac OS X : Sur les machines de l'IUT, pour ouvrir les fichiers Java avec le bon éditeur de texte (Notepad2 ou Notepad++, qui colorent le code de façon utile) :

a) Le bureau Windows

Remarque sur Windows : Windows est un système d'exploitation, qui fait donc l'interface entre la partie matérielle (unité centrale, périphériques) et la partie logicielle de l'ordinateur. Cependant, il intègre également de nombreux logiciels plus ou moins basiques : un éditeur de textes (Notepad), un éditeur d'images (Paint), un navigateur web (Explorer), un système de gestion de fichiers (qui permet de naviguer dans les dossiers du disque dur ou d'une clé USB) et une environnement de bureau, et une ligne de commande (MS-DOS).
Dans le système d'exploitation Linux, il existe des programmes spécifiques dédiés à toutes ces tâches. Par exemple Gnome ou KDE sont deux environnements de bureau populaires pour ce système d'exploitation, et Konqueror est à la fois un système de gestion de fichiers et un navigateur web.
Menu démarrer de Windows
Le bureau Windows est en fait un dossier comme un autre. On peut donc, en théorie, y placer des fichiers ou des raccourcis vers des programmes. Cependant, dans le système utilisé à l'université, le contenu du bureau est chargé à chaque démarrage, et enregistré à chaque déconnexion. Si les bureaux contiennent des fichiers volumineux, cela ralentit l'ensemble du système. Il ne faudra donc laisser aucun fichier sur votre bureau.

Ce principe est aussi vrai sur votre ordinateur personnel : entasser les fichiers sur le bureau est la meilleure façon de créer un désordre qui vous empêchera de les retrouver quand vous en avez besoin. Ainsi, vous allez ranger tous vos fichiers personnels dans l'espace prévu à cet effet, dans le lecteur M:.


b) Généralités sur les applications

Toutes les applications sous Windows partagent la notion de fenêtreélément de l'interface graphique, portion rectangulaire de l'écran dédiée à l'affichage de tout ou partie d'un logiciel.

La zone centrale de la fenêtre est l'espace application (avec des spécificités liées à l'application).

Si l'application possède des menus, appuyer sur la touche ALT + lettre soulignée permet d'y accéder, les touches de directions permettent d'y naviguer.

Une seule application a le focus : celle dont le bandeau est bleu (pour l'environnement par défaut). Faites divers tests en cliquant sur le bandeau d'une fenêtre (clic gauche, droit, milieu) et notez les observations.
Remarque sur le changement de fenêtre : vous pouvez utiliser les touches ALT + TAB pour passer d'une fenêtre à une autre.


Le clic droit de la souris fait apparaître un menu contextuel (qui s'adapte donc selon l'endroit où le clic a été opéré). Testez-le : Nous avons vu plus haut que le bureau Windows est un dossier comme un autre. Quelle est l'adresse de ce dossier ?


c) Les raccourcis clavier

Taper une touche du clavier est souvent beaucoup plus rapide qu'aller cliquer dans un menu. Ainsi, apprendre quelques raccourcis clavier augmentera votre rapidité. Sur cette page, recherchez le texte "MS-DOS" grâce en pressant CTRL-F ("F" pour "find" en anglais), c'est-à-dire en appuyant instantanément sur les touches CTRL-F, puis copiez-le avec CTRL-C et collez-le dans la barre d'adresse avec CTRL-V. Pour couper au lieu de copier, il faut utiliser CTRL-X.

Utilisez la touche WINDOWS (entre CTRL et ALT) pour naviguer dans le Menu Démarrer et découvrir la liste des applications (ou "programmes") installées.

Les raccourcis permettent également de passer d'une fenêtre à une autre. Utilisez WINDOWS-E pour ouvrir une fenêtre du système de gestion de fichiers (ou "explorateur"), puis ALT-TAB pour passer d'une fenêtre à une autre (TAB correspond à la touche tabulationsur la gauche du clavier, elle est parfois étiquetée par une flèche vers la gauche et une vers la droite juste en dessous). La combinaison ALT-SHIFT-TAB (où SHIFT est la grosse flèche vers le haut qui permet de faire les majuscules) permet de passer d'une fenêtre à une autre dans le sens inverse. La touche ALT seule permet d'accéder au menu de l'application active. La combinaison ALT-SHIFT permet de changer de langue de clavier (QWERTY ou AZERTY ou autre). La combinaison WINDOWS-D permet d'accéder au bureau ("D" pour "desktop" en anglais).

Dans le navigateur web, CTRL-N permet d'ouvrir une nouvelle page, et CTRL-T d'ouvrir un nouvel onglet. De la même manière qu'ALT-TAB, CTRL-TAB et CTRL-SHIFT-TAB permettent de naviguer entre les onglets. Essayez !

Il arrive de temps en temps qu'une application Windows boude et refuse alors toute interaction avec l'utilisateur. Dans ce cas, il faudra en général faire son deuil des données manipulées par ce programme et non sauvegardées, et prendre la dure décision de terminer sauvagement l'exécution de ce programme. Appuyez conjointement sur les touches CTRL-ALT-Suppr (ou bien la combinaison équivalente CTRL-SHIFT-Échap), puis choisissez Gestionnaire de tâches puis l'onglet Applications, puis sélectionnez l'application fautive et enfin demandez au système de l'arrêter (bouton Fin de tâche). Si l'application n'apparaît pas dans la liste, essayez l'onglet Processus puis clic droit sur le processus concerné (éventuellement, qui consomme beaucoup de ressources dans la colonne "Processeur") pour terminer son arborescence. Répondez à ce sondage sur votre utilisation de l'informatique et d'internet.

Arborescence
L'arborescence des fichiers correspond à leur organisation à l'intérieur de dossiers (ou répertoires, directory en anglais), eux-mêmes contenus dans d'autres dossiers.

Un dossier contenu dans aucun autre s'appelle la racine. On appelle adresse absolue l'adresse d'un fichier depuis la racine dans l'arborescence. Sous Windows, chaque lecteurdisque dur, lecteur DVD, lecteur CD, clé USB, disque dur externe, ou même une partition, c'est-à-dire une portion de disque dur. a une racine nommée par une lettre. Le disque dur principal est en général appelé C:. Les adresses absolues se notent alors en utilisant l'antislash "\"appuyez simultanément sur ALTGr et 8 pour taper ce caractère pour indiquer l'inclusion d'un sous-répertoire. Par exemple, dans l'arborescence Windows de droite de l'image ci-contre, un fichier temporaire.txt placé dans le dossier Downloads a pour adresse absolue C:\Downloads\temporaire.txt.

Attention, Linux fait la différence entre les majuscules et les minuscules dans les noms de fichiers et dossiers, contrairement à Windows !
Ainsi, C:\temp.txt et C:\Temp.txt correspondent au même fichier mais /temp.txt et /Temp.txt sont différents. Vous pouvez aussi faire le rapprochement entre les adresses Linux et les URLadresse d'une page web, par exemple http://iut.univ-mlv.fr/pdf/formations_iut_mlv_2011.pdfformations_iut_mlv_2011.pdf est un fichier dans le dossier pdf lui même contenu dans le site web http://iut.univ-mlv.fr. Là aussi les majuscules sont interprétées différemment des minuscules.

Un nom de fichier se termine généralement par un point suivi de quelques lettres, qui forment l'extension du fichier et indiquent généralement le formatformat = non seulement le type du fichier (image, texte, etc.) mais aussi la façon dont il est codé du fichier. Par exemple, truc.mp3 est vraisemblablement un son mp3, machin.jpg une image JPEG. Attention ceci n'est qu'une indication puisqu'il est tout à fait possible de renommer un fichier son truc.mp3 en truc.jpg. Les systèmes d'exploitation se fondent généralement sur l'extension pour savoir avec quel programme ouvrir un fichier.

Nous verrons aujourd'hui à quoi correspondent les fichiers .java et .class.

a) Intérêt de la ligne de commande

Apparence d'une fenêtre MS-DOS
Il est possible de gérer les fichiers avec des commandes entrées par le clavier au lieu d'utiliser la souris et une interface graphique. L'intérêt d'utiliser un interpréteur de commandes (ou "terminal") est multiple :


b) Ouverture du terminal

Pour ouvrir un terminal, il faut aller dans le menu Démarrer, Exécuter, et taper "cmd" puis "Entrée". Vous y voyez le nom du dossier dans lequel vous vous trouvez par défaut, suivi de ">".


c) Généralités pratiques sur la ligne de commande

Remarque sur les adresses relatives : un fichier peut avoir plusieurs adresses relatives. Par exemple, le fichier d'adresse absolue M:\Dossier1\bonjour.txt a pour adresses relatives :
Avant de passer à l'utilisation, quelques principes pratiques. Comme toutes les commandes doivent être tapées au clavier, des raccourcis ont été mis en place pour être plus rapide et efficace. Ainsi :
Remarque importante sur les commandes : pour utiliser une commande, on tape dans le terminal son nom, suivi d'un espace, suivi de paramètres éventuels, séparés par des espaces. Une conséquence est que ni le nom d'une commande, ni un des paramètres, ne peut contenir d'espace (sinon le système ne saurait pas où commence et finit chaque paramètre).
Si une adresse contient un espace, sous Windows, il faut l'entourer à gauche et à droite par des guillemets droits : ". En général on évite d'utiliser les espaces dans les noms de fichiers ou dossiers.
Petite mise en application directe de quelques un de ces principes : Vous pourrez trouver une liste de commandes MS-DOS sur cette page.


a) Un exemple de code Java

Java est un "langage objet" qui s'est beaucoup popularisé pendant les 10 dernières années car il permet de faire des applications "multi-plateformes" qui fonctionnent sous Windows, Linux, MacOS... Nous ne nous intéresserons pas pour l'instant à ses spécificités, notamment les aspects "objet", et l'utiliserons juste comme langage de base pour programme.

Voici donc un premier code source Java : TP1.java. Enregistrez-le dans votre dossier M:\M1202\TP1. Pour voir son contenu, ouvrez-le avec l'éditeur de textes Notepad++. Ce logiciel librevous pouvez télécharger le code source et modifier ou redistribuer le logiciel permet en particulier de colorer le code Java d'une manière qui vous aidera à programmer. C'est donc parfait pour commencer à programmer en Java !

Lisez le code de TP1.java. Quelques commentaires :


b) Compiler et exécuter un code Java

Le programme contenu dans le fichier TP1.java n'est pas compréhensible directement par l'ordinateur, qui ne peut exécuter que des programmes "binaires" (composés de 0 et de 1). Il va donc falloir "compiler" le code source en Java contenu dans TP1.java pour le transformer en un fichier "exécutable" (qui sera nommé TP1.class).

Pour cela, il faut utiliser la ligne de commande javac TP1.java (javac signifie "Java Compiler", ou "compilateur Java") Compilez TP1.java. Remarquez qu'un fichier TP1.class vient d'être créé. Une spécificité du langage Java est que ce fichier ne peut être exécuté directement sur l'ordinateur (par exemple en double-cliquant dessus). Pour l'exécuter, il faut utiliser la "machine virtuelle Java". C'est ce système d'intermédiaire qui permet de rendre ce langage multi-plateforme, car il existe des machines virtuelles Java sur de nombreux systèmes d'exploitation (même sur GameBoy Advance ou PSP !).

Pour exécuter le code compilé (fichier exécutable TP1.class), il suffit d'utiliser la commande java TP1. Faites-le, et suivez les instructions du programme !

Remarquez qu'on ne précise pas l'extension .class dans la commande java TP1. C'est pourtant bien le fichier exécutable TP1.class qui est utilisé ici !


c) Modifier l'algorithme en Java

Modifiez le code pour que le programme ne dise pas "Bonjour" mais "Salut".

Modifiez le code pour donner une probabilité de réussite à l'utilisateur : au lieu de choisir le nombre aléatoire entre 1 et 10, le choix sera fait entre 1 et 5. Attention, il y a deux instructions à modifier !

Modifiez le code pour permettre à l'utilisateur de tricher : l'ordinateur affiche le nombre qu'il a choisi juste avant de demander à l'utilisateur ou utilisatrice sa première réponse.

Supprimez ces dernières modifications du mode triche, et remplacez-les par des instructions qui permettent à l'ordinateur d'afficher un "indice de rime" : par exemple, si le nombre choisi est 4, l'ordinateur affiche, avant le deuxième essai : "Le nombre rime avec platre...".



À retenir !

    1) Les commandes Windows :
  • cd blabla : aller dans le dossier blabla
  • md blabla : créer un dossier appelé blabla dans le dossier courant
  • dir : afficher le contenu du dossier courant
  • C: : passer sur le lecteur C
  • . : le dossier courant
  • .. : le dossier parent


2) Le processus de compilation puis d'exécution d'un code source Java :
La compilation en mode lampe renard


Sources